Dernière minute
Accueil / Non classé / UN GRAND MERCI !

UN GRAND MERCI !

Merci à tous les Sudistes de France d’être venu nous soutenir. Merci à tous les SP du Rhône qui ont bravé la désinformation du SDIS par leur présence. Merci au Directeur d’avoir enfin reconnu que notre représentant agissait  sous mandat syndical, en décharge d’activité syndicale. Merci de l’avoir autorisé à saisir la CAP nationale pour avis sur son dossier disciplinaire.

Voilà, la messe est dite !

SUD possède une nouvelle arme de destruction massive, le « montré du doigt ». La démocratie progresse au sein du SDIS du Rhône. Lorsque vous êtes représentant des personnels, que vous agissez sous mandat syndical, en décharge d’activité, reconnu par la Direction, vous n’avez plus le droit de montrer du doigt une blessure que vous venez d’avoir, sous peine de faire quelques heures de garde à vue 8 jours plus tard (classement sans suite le 31 aout 2012 par le procureur), et d’être sous le coup d’une sanction disciplinaire du premier groupe, procédure qui permet à la direction de vous sanctionner tout en refusant de recevoir votre défenseur !

Questionné par la délégation de SUD SDIS national sur les faits qui se sont produits le 25 juin 2012 et qui ont généré l’ouverture d’une procédure disciplinaire à l’encontre d’un représentant syndical, le Directeur, après avoir reconnu devant plusieurs membres de la délégation nationale et du bureau de SUD SDIS 69, que notre représentant était bien en DAS (décharge d’activité syndicale), a indiqué que le  le fait d’avoir montré sa blessure au bras à l’assemblée, à plus de 10 mètres d’eux, a fait naitre chez lui et  les Autorités un sentiment  de mise en danger ! Pas d’autres faits évoqués !

Soyons sérieux !

Si un tel geste avait réellement généré un sentiment de mise en danger, notion purement subjective et totalement dépourvue de signification juridique, tous les sapeurs-pompiers qui se font agresser physiquement ou verbalement dans l’exercice de leurs missions devraient alors être loués tous les jours pour leur bravoure, et une statue aurait du leur être érigée depuis longtemps devant le SDIS du Rhône !

Et nous ne pouvons qu’inviter les Autorités qui auraient réellement eu ce sentiment de mise en danger, à venir voir sur le terrain la réalité de nos interventions, de venir constater ce qu’est une véritable agression physique ou verbale, agressions que tous ceux qui sauvent des vies et des biens, parfois au péril de la leur, subissent hélas trop souvent sur le terrain.

Regardez aussi

Difficultés des opérateurs CTA réserviste

Nous avons déjà été alertés à plusieurs reprises à propos des conditions d’accès des opérateurs …